Les gens qui cherchent de l'aide dans les domaines du coaching, de la kinésiopathie ou de la sophrologie viennent souvent nous voir pour atteindre un objectif, tout simplement parce que seuls, ils ne l'ont pas atteint.

Ils ne l'ont pas atteint, non pas parce qu'ils n'en n'ont pas les moyens ou les capacités, mais parce que les stratégies qu'ils mettent en place sont inadaptées.

Si je veux passer dans la pièce d'à côté en essayant de traverser le mur, il y a de grande chances, que je n'y parvienne pas. Si je veux vraiment le faire, il va me falloir reculer du mur, afin d'avoir une vision panoramique de la pièce pour localiser la porte et passer par cette ouverture afin de passer d'une pièce à l'autre.

La persévérance ne consiste pas à s'entêter dans une action improductive, mais plutôt, à se concentrer sur l'objectif et trouver un meilleur moyen de l'atteindre que celui que nous avons mis en place et qui ne fonctionne pas.

Si je m'entête face au mur à essayer de passer coûte que coûte, cela va me demander de l'énergie, une énergie bien trop grande mais surtout inutilement dépensée, je vais m'épuiser dans le vide, culpabiliser parce que je n'y arrive pas pour finir par baisser les bras en restant seule avec mon sentiment d'échec.

L'idée est donc de prendre du recul, d'évaluer sereinement la situation et une fois dans cet état d'esprit je pourrais enfin voir la porte qui a toujours été là et atteindre mon but de passer dans la pièce d'à côté sans me fatiguer.

Cette métaphore est, je vous l'accorde un peu simpliste mais elle met bien en relief que le problème ne vient pas de l'objectif qui est tout à fait atteignable mais bien de ce que je mets en place pour l'atteindre.

Alors pourquoi changer? Et que changer? 

Il n'est pas question, en fait de changer qui nous sommes, mais au contraire de devenir qui nous sommes. 

Nous avons construit une personnalité qui nous permet de nous intégrer dans la société, nous nous sommes auto-formatés pour essayer d'être conformes à ce que nous croyons que les autres attendent de nous. Nous avons nous même fermé la boite dans laquelle nous nous sommes mis afin de pouvoir être identifiés selon des critères arbitraires.

Critères obsolètes qui au bout d'un moment nous étouffent et dans lesquels nous ne nous reconnaissons plus.

Engager un processus de changement c'est se débarrasser de cette "carcasse" d'habitudes, de comportements inadaptés, qui nous cloue au sol et nous empêche de nous réaliser pleinement.

Pour citer Richard Bach " ce que la chenille appelle la fin du monde, le sage l'appelle le papillon".

Nous sommes chenilles en ce sens que sortir de nos habitudes peut nous paraître insurmontable, une véritable fin du monde que de changer nos pensées et nos comportements.

Cela peut paraître impossible de changer ses propres pensées, et pourtant c'est la clef d'un changement plus profond, c'est la clef qui permet d'ouvrir la porte de toutes nos aspirations.

Un exemple? Je pars du principe que je suis nulle et que je n'arriverais jamais à rien, je m'auto-conditionne à passer d'échec en échec.

Echecs que je vais recréer systématiquement parce que c'est à travers lui que je me suis construite, et chaque tentative de réussite va m'apporter la preuve que je suis condamnée à l'échec à vie.

Je vais donc chaque fois valider cette croyance que je suis la personnification de l'échec.

A partir du moment où je vais commencer à penser autrement, je vais inverser les paramètres.

Je vais me lancer par exemple des petits défis, et au fur et à mesure que je vais relever ces défis (aussi petits qu'ils soient), je vais prendre confiance en mes capacités, chaque réussite va m'apporter un soulagement puis progressivement une joie et je vais me conditionner  à la réussite, et si, par hasard, un défi n'est pas relevé du premier coup, je ne vais pas me mettre à pleurer sur mon sort et à basculer en mode "victime" mais considérer que le nouveau défi est de réussir ce que j'avais entrepris en m'y prenant autrement.

Je ne considère plus l'absence de réussite comme un échec mais comme un report dans le temps, de la réussite.

Je vais rebondir à chaque étape, afin de dépasser ces limites que j'ai acceptées jusqu'alors.

J'ai en moi, comme chacun un potentiel inexploité et des ressources insoupçonnables et pourtant, bien que j'ai toujours ressenti la présence de ce potentiel, j'ai accepté de rester figée dans un certain type de comportements, dans des schémas répétitifs, tout simplement parce que cette croyance là a été plus forte et renforcée par mon entourage.

Rappelez-vous votre parcours, combien de fois avez-vous entendu "tu es comme ça" "tu ressembles à untel" "ah nan mais laisse tomber c'est pas ton truc", autant de barrières qui ont grandi afin de vous emmurer dans ces incapacités fictives, créant une véritable barricade mentale tuant dans l'oeuf toute volonté d'action.

Changer ses pensées, c'est reprendre le contrôle de sa vie, c'est accéder à son pouvoir personnel afin de se réaliser:

C'est sortir de notre chrysalide, dans laquelle nous avons une vision étriquée du monde, pour enfin laisser s'exprimer notre être véritable et tel le papillon, déployer les ailes de nos capacités afin de prendre notre envol.

 

insecte_papillon035