La sophrologie est entre autres, une méthode de gestion du stress et des émotions négatives.

Le stress est un processus par lequel l’organisme a accès à une énergie décuplée pour faire face à une  situation jugée dangereuse ou irritante. Notre nature de mammifère nous permet donc d’affronter cette situation soit par la lutte soit par la fuite, ce qui n’est pas forcément adaptable à une vie civilisée.

  Le corps vit donc une suractivité qui se concrétise par une décharge d’adrénaline créant un apport d’énergie instantané permettant de fournir rapidement un effort intense. Un afflux de sang dans les organes les met en « pause » afin que l’énergie liée à leurs fonctions soit disponible pour cet effort, la respiration s’accélère ainsi que le rythme cardiaque, les muscles se contractent pour être disponibles. L’effort physique lié à la lutte ou à la fuite permet d’évacuer ce surplus d’énergie et de revenir à un état « normal » une fois le danger, ou la cause du stress écartés. Le stress est donc nécessaire à la survie permettant de parer à l’urgence et stimule l’individu pour qu’il puisse se dépasser quand c’est nécessaire. Ce qui permet, par exemple à l’artiste victime du trac (qui est une forme de stress) de donner le meilleur de lui-même ou aux équipes d’interventions d’urgence d’être rapidement performantes.

Mais si le stress est naturel et essentiel à la survie pourquoi le combattre ?

Je dirais que nous ne combattons pas le stress, mais ses effets négatifs :

La plupart d’entre nous avons appris à rester passifs en cas de stress, les réactions de luttes ou de fuites n’étant pas toujours possibles dans notre contexte socio-culturel, sauf en cas réel de danger imminent, nous n’allons pas pouvoir fuir les individus qui nous agressent ni les combattre (en tout cas physiquement).

Nous sommes soumis à d’autres stress que ceux auxquels nous aurions eu à faire face à l’état naturel (bruit, surmenage, relations conflictuelles etc…)

Alors que se passe-t-il ? L’énergie non évacuée stagne dans le corps, les organes fonctionnent au ralenti, la respiration reste rapide et non complète, le cœur bat trop vite, les muscles conservent leurs contractions…

Le corps va donc tenter de s’adapter à l’agent stressant mais en restant comme figé dans cette attitude où les tensions musculaires, combinées à un ralentissement des systèmes liés au fonctionnement des organes (veineux respiratoire, digestifs, urinaires etc …) et à une mauvaise oxygénation entrainent une stagnation des toxines et un dysfonctionnement du système immunitaire. Le cerveau, lui-même occupé à la gestion de toutes ces dysfonctions n’est plus disponible pour gérer les situations du quotidien. L’individu connait alors des déficits de l’attention, de la concentration et de la mémorisation. De fait il est plus sujet aux bactéries, virus et accidents.

La sophrologie s’appuie sur ces réalités physiologiques et permet à l’individu d’inverser les paramètres pour recouvrer son plein potentiel.

Le sophrologue ré-apprend à la personne à respirer profondément, à oxygéner son corps et à prendre conscience de ses sensations, de ses tensions et de ses limitations organiques. Le sophrologue guide la personne dans un voyage intérieur où elle aura une action consciente sur son corps en fonction des ressentis qu’elle éprouve. Elle peut réinvestir son corps, et le libérer des effets physiques, relâchant ses muscles, elle améliore sa circulation sanguine et calme peu à peu ses battements cardiaques. Les mouvements du diaphragme, amplifiés par une respiration plus complète va procurer un pompage des organes internes, une stimulation qui va les remettre en action. Tous ces phénomènes produisent une sensation de bien-être elle-même à l’origine d’une libération d’endorphines. Ces hormones du bonheur, comme on les appelle, ont pour effet un lâcher-prise au niveau du cerveau qui n’est plus obnubilé par les tensions diverses.

Du bien-être physique, découle un bien être mental et à partir de là, la personne a accès à son plein potentiel physique, mental et émotionnel. Elle se retrouve dans un espace-temps où elle se recentre sur ses sensations et où elle peut prendre conscience d’elle-même et prendre du recul vis-à-vis de sa situation et de sa vie en général.

Le sophrologue l’accompagne dans cette expérience, lui proposant de poser un regard positif sur les évènements à venir afin qu’elle puisse conceptualiser une nouvelle façon d’appréhender sa vie,  passant ainsi du statut de spectatrice au statut d’actrice.

Le sophrologue permet au sujet de se reconnecter avec lui-même, de prendre en compte ses besoins et de constater que des changements intérieurs entrainent des changements extérieurs. La personne reprend son pouvoir personnel sur les actes de sa vie et ses comportements, qui en étant plus adaptés et appropriés aux différentes situations qu’elle traverse, vont entrainer des résultats différents.

Le sophrologue donne des outils à l’individu, que celui-ci utilise en autonomie, il le guide au fil des séances dans le but de gérer une difficulté temporaire transformée en objectif précis. Le but d’un accompagnement en sophrologie est l’autonomie totale de la personne, qui au fur et à mesure accède à un changement profond, favorable à son épanouissement.

La sophrologie a donc  une action en trois temps, un bien-être à chaque séance et entre les séances grâce aux exercices proposés par le praticien, puis une action à moyen terme liée à la résolution de son  motif de consultation et enfin une action à long terme si la personne continue à utiliser les outils, afin d’atteindre ses prochains objectifs plus facilement si elle en a tiré un enseignement pour gérer son stress au quotidien.

La sophrologie est un moyen de se reconnecter avec son corps et ses sensations mettant en suspend les pensées parasites et les préoccupations diverses.

Cela entraine une prise de recul et une vision plus objective de la réalité du sujet.

L’utilisation de suggestions positives favorise la conceptualisation du positif chez la personne qui s’ouvre à une réalité plus appréciable, plus sereine.

La personne peut alors s’adapter progressivement au changement et accéder à une transformation intérieure afin de devenir qui elle est vraiment, en étant libérée de ses comportements et pensées inadaptées.